L'AP-HP expérimente une plateforme d’accès sécurisé aux résultats biologiques

AP-HP

Biologiste infos
Crédit photo : AP-HP

L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) expérimente depuis début septembre, le projet Glims-Cyberlab, qui permet aux patients pris en charge dans ses centres de prélèvement, de consulter en ligne les résultats de leurs analyses de biologie médicale sur un serveur sécurisé. La solution a été mise en œuvre à l'hôpital Cochin, et sera bientôt testée à l'Hôtel-Dieu.

CyberLab assure l'échange transparent et sécurisé des informations de laboratoire. Cette application web de prescription connectée, élaborée par CliniSys et MIPS, s'intègre virtuellement dans n'importe quel système d'information de laboratoire (SIL) du marché. « Une aide intuitive affichée durant le processus minimise le risque d'erreur humaine, par exemple en invitant directement dès la prescription à saisir les informations complémentaires nécessaires à certains examens », indique la page Internet dédiée à cette solution. CyberLab fournit ensuite la liste des échantillons à prélever et offre la possibilité d'imprimer l'étiquetage du tube. « En un simple clic de souris, votre prescription est transmise au laboratoire. À n'importe quel moment, vous pouvez consulter son statut d'avancement », souligne le site.

« Cet outil complète l’ouverture à l’hôpital Cochin d’un centre de prélèvement, ouvert aux patients externes : c’est une offre de service simple, facile d’accès et rapide, équivalente voire supérieure à celle des laboratoires de ville, avec un panel d’examens réalisés dans les laboratoires spécialisés et accrédités par le Comité français d’accréditation (COFRAC) », a déclaré l’AP-HP dans un communiqué diffusé fin septembre.

Les médecins de ville et les médecins partenaires de l’AP-HP disposeront également d’un accès spécifique à ce portail à partir du 1er trimestre 2018 pour obtenir les résultats de leurs patients.

Glims-Cyberlab devrait être progressivement déployé à l’ensemble des hôpitaux de l’AP-HP, à commencer par les hôpitaux Ambroise-Paré, Berck, Raymond-Poincaré et Sainte-Périne (Hôpitaux universitaires Paris Ile-de-France Ouest).

La rédaction