Le contentieux se poursuit entre Cerba et les syndicats de biologistes médicaux

Profession

Biologiste infos
Crédit photo : mediaphotos-istock

Le Syndicat des biologistes (SDB) a indiqué dans un communiqué que la société holding Cerba Healthcare, munie d’une ordonnance, avait fait saisir par des huissiers des documents de l'organisation « destinés à alimenter une future action contentieuse » contre celle-ci. Le SDB dénonce « une action d’intimidation ».

La Société Cerba Healthcare aurait fait intervenir, de façon simultanée et concertée, des huissiers au siège parisien du Syndicat des biologistes, mais aussi dans le laboratoire de biologie médicale de son président, François Blanchecotte, situé à Joué-lès-Tours. Le Syndicat des jeunes biologistes médicaux (SJBM) a annoncé au journal La Tribune avoir également fait l'objet d'une saisie.

Les deux syndicats dénoncent des tentatives d'intimidation « destinées à faire taire ceux qui luttent pour préserver un avenir à la biologie médicale libérale indépendante et aux jeunes biologistes ».

Les deux syndicats avaient en effet, avec le Syndicat des laboratoires de biologie clinique (SLBC), saisi la justice en avril, accusant le groupe Cerba Healthcare d'analyses médicales de ne pas respecter l'indépendance des biologistes médicaux, censés détenir plus de 50 % des droits de vote et du capital des laboratoires médicaux, en vertu de la loi. Ce dernier s'était alors dit prêt à répliquer fermement « à une demande judiciaire dénuée de tout fondement sérieux ». Dans la requête présentée par Cerba Healthcare à la justice pour faire intervenir les huissiers, il était stipulé que « l’action judiciaire introduite contre Cerba par le SDB en mars dernier était intervenue à un moment clé de la vie du groupe Cerba, qui faisait l’objet d’une prise de contrôle par deux fonds d’investissement. »

Contacté par La Tribune, Jean Philippe, président du SLBC assure quant à lui ne pas avoir, pour le moment, fait l'objet de saisie. « Je ne sais pas vraiment pourquoi, a-t-il déclaré au journal. Peut-être parce que nous n'avons pas de siège et que je suis à la retraite », a-t-il fait valoir.

Un procédé légal mais controversé

L'intervention est légale. Les saisies de documents portaient sur la comptabilité du SDB et sur ses listes d'adhérents, selon les déclarations de François Blanchecotte à l’AFP. Mais pour le président du SDB, « ces procédés sont inadmissibles. Ils sont d’une autre époque et portent atteinte à la liberté d’expression et d’action syndicale ». Quant à Lionel Barrand, président du SJBM, il a déclaré à la Tribune que « des documents n'ayant rien à voir avec l'affaire Cerba ont été saisis » dont « des échanges avec le ministère de la Santé, et des documents sur le syndicat ». Les documents sont sous séquestre pour le moment. « Nous n'allons pas nous laisser faire », souligne Lionel Barrand.

Une réplique ferme apportée

Interrogé par La Tribune, sur ces saisies, le groupe Cerba Healthcare n’a pas souhaité commenter cette action. Il a toutefois rappelé qu’à la suite de l'action en justice engagée devant le Tribunal de Grande Instance de Pontoise conjointement par trois syndicats de biologie médicale, le groupe avait déclaré vouloir « se défendre sur le terrain juridique » et « apporter par toutes voies de droit une réplique ferme tant sur le fond que sur la forme à une demande judiciaire dénuée de tout fondement sérieux. »

Cerba a assuré « avoir toujours veillé à exercer ses activités dans le plus strict respect des réglementations en vigueur, […] tout en garantissant l'indépendance des biologistes médicaux qui exercent en son sein et qui ont choisi de s'associer au groupe au cours des dix dernières années. »

La rédaction avec La Tribune