Transposition de la directive N°2013/55/UE relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans le secteur de la biologie médicale : les jeunes biologistes s'adressent au ministre de l'Enseignement et de la Recherche


Crédit photo : anyaivanova-istock


La Fédération Nationale des Syndicats d’Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale (FNSIP-BM) et le Syndicat national des Jeunes Biologistes Médicaux (SJBM), syndicat représentatif de la profession et membre du collège de spécialité de l’InterSyndicat National des Internes (ISNI) pour la biologie médicale, ont envoyé au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche une lettre concernant les modalités de transposition de la directive N°2013/55/UE relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans le secteur de la biologie médicale.


Les deux instances représentatives demandent la mise en place de cadres communs de formation (CCF) afin que les pharmaciens biologistes, tout comme c'est le cas actuellement pour les médecins biologistes, bénéficient de l'équivalence de leur diplôme au sein de l'Union Européenne.

"Madame la Ministre, Monsieur le Secrétaire d’État,
La Fédération Nationale des Syndicats d’Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale (FNSIP-BM) et le Syndicat national des Jeunes Biologistes Médicaux (SJBM), syndicat représentatif de la profession et membre de l’InterSyndicat National des Internes (ISNI) pour la biologie médicale, souhaitent attirer votre attention sur les modalités de transposition de la directive N°2013/55/UE relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans le secteur de la biologie
médicale.
Dans l’état actuel de cette directive européenne, les pharmaciens biologistes sont soumis au chapitre des professions « générales » et ne sont pas soumis au chapitre des professions « sectorielles » à qui la directive s’applique. En d’autres termes, les pharmaciens biologistes, contrairement à leurs confrères médecins biologistes, ne bénéficient pas de l’harmonisation des qualifications professionnelles permettant la libre circulation au niveau européen. Un groupe de travail
interministériel a été constitué autour de Madame Sonia PASSOT pour le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et de Monsieur Guy BOUDET pour la Direction Générale de l’Offre de Soins. Nos organisations syndicales sont particulièrement sensibles à l’équivalence médecins
biologistes et pharmaciens biologistes puisque notre spécialisation s’effectue de manière commune et indifférenciée durant les 4 années du Diplôme d’Etudes Spécialisées de biologie médicale. Le métier est exercé en parfaite complémentarité, et cela au service des patients. La directive prévoit cependant la possibilité d’un « Cadre Commun de Formation » (CCF) pour les professions non sectorielles à visée « d’introduire une plus grande automaticité dans la reconnaissance des qualifications [des professions couvertes par le système général]. Les organisations professionnelles ou autorités compétentes nationales d’au moins un tiers des pays membres peuvent présenter à la CE des propositions de CCF ». Ce CCF permettrait ainsi aux pharmaciens biologistes de bénéficier de cette libre circulation,
au même titre que leurs confrères médecins biologistes. Cela enverrait un signal fort de modernité et encouragerait la jeune génération de biologistes tout en améliorant le rayonnement de la biologie médicale française, reconnue mondialement pour son excellence, au niveau européen.
Les organisations représentatives des internes et jeunes praticiens de biologie médicale s’engagent résolument pour l’avenir de la spécialité aux côtés de Madame Simone ZERAH et Monsieur Jean-Gérard GOBERT, pionniers au sein de l’EC4 et l’EFLM (European Federation of Laboratory Medecine) dans la mise en avant du modèle français au sein de la maquette de formation de biologie médicale au niveau européen. Il nous semble primordial que la jeune génération reste motrice dans le processus d’élaboration du CCF dans le secteur de la biologie médicale auprès de la Commission Européenne et que nous puissions, médecins comme pharmaciens biologistes, participer à l’innovation au sein des groupes médicaux européens et consolider le modèle ainsi que les spécificités de la biologie médicale française en Europe.
Les différents représentants de la biologie médicale, internes et séniors, hospitaliers et libéraux ont travaillé auprès de l’EFLM ainsi que de l’EC4 et il ne manque plus que l’accord du ministère chargé de l’Enseignement et de la Recherche afin que ce Cadre Commun de Formation puisse être mis en place avec l’appui de la France parmi les 9 pays moteurs de ce cadre commun s’appliquant aux 27 pays de l’Union européenne.
Restant dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, Monsieur le Secrétaire d’État, en l’expression de notre très haute considération."